vendredi 14 décembre 2018

Négociations internationales sur le climat et la biodiversité

Négociations internationales sur le climat et la biodiversité

Le Comité 21 a organisé, avec le soutien l’UNAF, un débat précédant l’ouverture prochaine des COP 14 sur la biodiversité (mi-novembre à Sharm El-Sheikh) et COP 24 sur le climat (début décembre à Katowice). Le débat a été introduit par les deux ambassadeurs chargés de ces négociations internationales pour la France. Leurs présentations ont porté sur l’analyse qu’ils ont des enjeux et des priorités qu’ils auront la charge de défendre. Il s’agit respectivement de Brigitte Collet , Ambassadrice sur le Climat et Xavier Sticker, Ambassadeur pour l’environnement. Bettina Laville, présidente du Comité 21 a utilisé le terme « veillée d’armes » pour illustrer la période qui s’ouvre en raison des déclarations des USA suivies du Brésil de quitter l’Accord de Paris. Les négociateurs ont rappelé que l’action pour le climat et la préservation de la biodiversité sont intiment liées, que l’on se trouve dans un paradoxe car il y a de plus en plus urgence à agir aux regards des derniers rapports scientifiques (GIEC et IPBES) qui tirent la sonnette d’alarme et les engagements signés par les 183 pays et l’Union Européenne qui ont ratifié l’Accord de Paris. Les résultats sont nettement insuffisamment obtenus (aggravation des émissions des GES en hausse et disparition d’espèces) qui ne placent pas les pays signataires sur la bonne trajectoire des objectifs fixés. Les négociateurs restent néanmoins optimistes et estiment qu’il reste encore deux ans pour « se ressaisir » soit avant 2020 et mesurent combien la sensibilité des opinions publiques à évoluer sur ces sujets. Ils ont rappelé que c’est l’Europe qui négocie et la France est leader sur les questions de biodiversité (questions des océans, de la déforestation importée, de déchets de sacs plastiques, …). La France entend ouvrir la problématique du changement climatique et de la biodiversité aux secteurs de l’énergie, l’aménagement du territoire et la consommation durable par exemple outre ceux du tourisme, de l’agriculture-forets-pêche déjà actés. La question des moyens alloués avec les 100 milliards prévus d’ici 2020 pour le Climat, le fonds vert et la progression de la finance « verte » reste centrale surtout pour les pays vulnérables et pauvres. Les engagements des pays est déterminante mais c’est la mobilisation de tous, sur tous les territoires, qui infléchira les tendances actuelles de la dégradation de l’environnement et de notre santé.

LOGO URAF PACA

URAF Provence-Alpes-Côte d'Azur

143, avenue des Chutes-Lavie
13013 MARSEILLE

Tél. : 04 91 06 49 72
Fax : 04 91 06 49 72